Bol d'Or à oublier !

Bol d’Or à oublier !

Comme chaque année le Bol d’Or conclut la saison d’endurance, c’est la plus belle course, celle qui compte !

Nous arrivions à Magny Cours avec une motivation énorme, nous avions du c’est vrai abandonner au Mans après la chute de Bernard Cuzin et nous devions nous rattraper sur la seconde épreuve Franà§aise.

Notre exploit de Barcelone avait galvanisé notre équipe, nous avions fait jeu égal avec la Yamaha Folch qui participe à l’intégralité du championnat du monde.

Apres avoir effectué des tests lors des pré Bol nous avions grà¢ce à Bernard Cuzin et Gregory Lefort réussi à faire une bonne moto.

Pour effectuer les 2 tours de cadrans du Bol la moto était facile à piloter, saine màªme avec les pneus usés bref tout était OK.

Les essais du Bol d’Or se sont déroulés de la màªme faà§on, pas de bouleversement dans les réglages de la moto, les pilotes étaient confiants et surtout proche les uns des autres au niveau chronos.

Un problème récurant revenait à chaque fois le manque de grip des pneus MICHELIN mais c’était notre choix de début de saison nous ne pouvions pas intervenir sur ce paramètre.

Après un départ de la 28ème positions et 7ème de sa catégorie notre Yamaha R1, emmenée par Gregory Lefort pour ce départ, pointe à une raisonnable 34ème place au bout d ™une heure de course.

Les relais vont s ™enchaà®ner sans encombre jusqu ™à l ™arrivée des premières gouttes de pluies en début de soirée.
C ™est alors que les changements de pneus vont s ™enchaà®ner en tachant de proposer les bonnes gommes aux pilotes dans des conditions de pistes très piégeuses, beaucoup de motos iront tà¢ter le bitume du circuit de Magny Cours.

Vers 23h20 on annonce la chute de la 33, l ™équipe est pràªte à intervenir pour que la moto reparte au plus vite, Phil rentre dans le stand, la moto est très peu abà®mée, nous lui reposons un carénage et des pneus neufs, c ™est reparti pour Gregory.
Cette chute nous a fait perdre 2 places avec un arràªt au stand de 5min, la course continue et les relais s ™enchaà®nent et se double pour certain de nos pilotes. Quand vers 2h20 une nouvelle chute pour la 33 est annoncée.
Bernard arrive au stand recouvert de boue, les dégà¢ts sont biens plus importants cette fois-ci et l ™intervention va nécessité 33min de réparation dans le stand.
L ™équipe fourmille autour de la moto, il y a gros de travail : platines, phares avant, carénage et fourche, un problème électrique vient se greffer à la remise en état de la moto, c ™est alors que le team RAC41 vient nous pràªter main forte pour réparer, merci à eux, (nous leurs rendront la pareil plus tard dans la course).

La 33 repart mais loin dans le classement, 40ème sur les 55 motos au départ, la tache s ™annonce rude dans ces conditions, mais les pilotes vont faire leur job, ils grappillent place par place.

La nuit donne son lot de chutes à la plupart des concurrents, une moto tombe à peu près à tout les tours. C’est l’hecatombe on voit des motos qui s’affrontent sur la piste avec des choix de pneus invraisemblable : une part en pneu intermédiaire, l’autre repart en pluie et 5 minutes après des motos repartent en slicks !
C’est la loterie ...

La 33 part pour la 3ème fois au tapis avec Phil, peu de dégà¢ts, mais la remontée tant espérée par toute l ™équipe n ™aura pas lieu puisque vers 8h30 Phil chute de nouveau, la moto est salement abà®mée, réservoir, arrière de cadre, phares, jantes et carénage.

C ™est l ™abandon, la mort dans l ™à¢me de ne pas terminer une course en France alors que nous avions brillés en juillet dernier pour les 24h00 de Barcelone.

Comment expliquer cet échec et surtout le nombre de chutes de Phil, nous ne pouvons pas remettre toute la faute sur lui màªme si il a manque de lucidité sur cette épreuve.

Nous ne sommes pas du genre à nous chercher des excuses, la course n’est pas une science précise.
Toutefois au Bol d’Or nos pneus MICHELIN nous ont cruellement handicapés, avec 8 motos au départ du Bol d’Or certains signes ne trompent pas.

Les pneus que nous utilisons sont les màªmes depuis très longtemps et aucun développement ne leur est consacré, la concurrence avance et MICHELIN attend !

Tout le staff MICHELIN est toujours aussi pro, à notre écoute et essayant de trouver des solutions mais ils n’ont pas les produits pour jouer devant.

Notre team roule MICHELIN depuis 9 ans et c’est vraiment regrettable qu’une grande marque comme celle ci n’est pas réagi.

Rendez vous en 2009, c’est sur !
On va travailler, le staff pilote va évoluer, certains choix techniques vont àªtre fait ...

Merci de votre passion

Le team 33

(P.S. : voir les photos du bol 2008)