Interview Sport Bikes Le Mans 2012

Interview Sport Bikes Le Mans 2012

Par Philippe Debarle le 10/09/2012 18:13
David Perret, Nicolas Salchaud et Nans Chevaux se sont imposés en catégorie Superstock, terminant huitième du classement général dans la classique sarthoise.

Gilles Caballo : "Pendant les essais, nous avons essayé de trouver un bon pneu de course. On avait validé des pneus de courses aux essais pré-24 Heures, mais quand on a commencé à rouler cette semaine ils convenaient moins bien car la température n’était pas la même. Ça a été assez compliqué. On a travaillé là-dessus et on a très bien réglé la moto. En qualification, on a roulé avec nos pneus de course. On était quinzième, ce qui n’était pas mal. On préparait la course.

Comment la course s’est-elle passée ?

"C’est Nans qui a pris le départ. On est parti sur un petit rythme, on avait dit aux pilotes de suivre le rythme, mais sans prendre de risque car ça allait être une course difficile. Il fallait rester sur ses roues et ne surtout pas tomber, faire une course d’attente. Il y avait quatre ou cinq motos qui étaient à la lutte pour le titre Superstock, obligées de rouler vite pour gagner. Donc il allait forcément y avoir des dégâts. Et bien sûr ce qui devait arriver est arrivé. Il y a eu beaucoup de chutes et de soucis devant nous et à un moment on s’est retrouvés premier Stock.

"Ensuite on a percuté ce pauvre pilote qui venait de chuter, en fin de journée. Il est tombé, puis s’est relevé en traversant la piste devant nous quand la moto arrivait. On l’a percuté de plein fouet. Notre pilote est rentré, qui a eu très peur de l’avoir tué. On s’est vite renseigné, et heureusement il n’avait qu’une cheville cassée. Ça nous a fait chuter au classement. Mais il fallait qu’on roule tactique et qu’on essaie de rester sur nos roues. Les mécanos ont fait un formidable travail. Nous sommes une des Superstock qui a passé le moins de temps au stand.

Après l’arrivée, vous avez eu la bonne surprise, si on peut dire, que celui qui était devant vous soit déclassé.

"On a appris ça après l’arrivée. C’est dommage, car honnêtement les trois pilotes qui étaient dessus ont roulé d’enfer. Ils ont vraiment roulé vite, il faut le reconnaître.

Pour toi c’est une belle consécration, car tu as pris la succession de Christophe Herriberry dont tu étais l’adjoint, et le résultat est vraiment superbe.

"Je suis bien sûr content, mais je ne suis pas tout seul. Je remercie vraiment toute l’équipe qui a fait un travail magnifique. Et j’ai la chance d’avoir avec nous la famille Louit, un concessionnaire passionné. Les choses ont progressé petit à petit et il est vrai qu’on a fait une belle saison. Merci en particulier à Jean-Michel Bayle qui fait bénéficier les pilotes et l’équipe de sa grande expérience.

Comment se présente 2013 ?

"On a un peu évoqué ça dimanche, on va essayer de trouver des partenaires pour amener du financement. On voudrait faire pareil : prendre de bons pilotes, des jeunes surtout, et essayer de faire quelque chose de bien, toujours avec Kawasaki, Motul et Michelin.

Avec comme optique le Bol et les 24 Heures, pas forcément le championnat ?

"Peut-être que si on fait quelque chose au Bol, on ira à Oschersleben plutôt qu’à Barcelone comme d’habitude. Pour le moment, rien n’est décidé.

"Toute l’équipe dédie cette victoire à la mémoire de Guy, notre cuisinier, qui est décédé il y a 15 jours".

Photo : Gilles Caballo, David Perret, Nans Chevaux et Nicolas Salchaud sur le podium des 24 H (© PSP Stan Perec)