les Charentais sur le toit du monde

les Charentais sur le toit du monde

Article Charente Libre du 22/09/2015 par Christian SARDIN
Julien Pilot et Gregg Black ont ravi dimanche les titres de champion et vice-champion du monde en Superstock. Rencontre.

Ils n’ont franchement pas fait dans la dentelle.

Julien Pilot peut avoir le sourire. Il est devenu champion du monde de Superstock dimanche. Photo Christian Sardin

Les motards charentais, engagés dans le championnat du monde d’endurance 2015, ont vraiment survolé la catégorie Superstock en montant sur les deux plus hautes marches du podium, mais aussi en se plaçant devant plusieurs équipes plus huppées du Superbike.

Avec des fortunes diverses, ces succès, ils les doivent à leur propre talent, mais aussi à ceux de leurs mécanos et de leurs teams respectifs.

Le Couronnais Julien Pilot, sacré dimanche soir Champion du monde à l’issue du Bol d’Or, l’ultime manche de la saison, savourait sa victoire avec émotion : "ça s’est fort bien passé. Forts de nos résultats précédents (24h du Mans et 8h d’Oschersleben en Allemagne), nous savions que nous avions un coup à jouer. Alors avec mes coéquipiers Emeric Jonchère et Morgan Berchet, nous avons décidé de nous placer dans le Top 10. La moto équipée de Pirelli était agréable à piloter, seules quelques sournoises et violentes rafales de vent (entre la 5e et la 9e heure de course) sont venues perturber notre pilotage. La moto était complètement emmenée. Nous avons donc été plus sobres avec la poignée des gaz. Ensuite, tout est entré dans l’ordre et ce n’était que pur plaisir".

Entre Charentais

Julien Pilot, le nouveau champion du monde tient à remettre le couvert l’an prochain. "J’aimerais vraiment retenter l’aventure l’an prochain au sein du même team. Ce qui me plairait aussi, c’est de faire de la vitesse en compétition. Je suis à la recherche d’un team pour cela. Mes partenaires, CLMTP (fabricant et assembleur de voies ferrées) et Kiwi (casques) et même Christian, mon kiné niçois, sont prêts à me suivre", avoue-t-il.

Le zélé motard de Charente appartient également au Team Charentais Traqueur Louit Moto 33, cher à son géniteur, le Barbezilien Christophe Herriberry. Aujourd’hui managée par Gilles Caballo, cette petite et discrète équipe peut s’avérer très redoutable dès lors que ses pilotes, tous très rapides, sont aux commandes de leur magique Kawasaki ZX10 (modèle 2015). "Un modèle de fiabilité", tient à rajouter Gilles Caballo, fier de ses troupes et de ses pilotes.

"Tous nos partenaires sont satisfaits, tous sont prêts à nous suivre l’an prochain. Cela devrait se décanter au prochain salon de la moto. C’est sûr que cela risque d’être plus difficile car on aura une belle pancarte dans le dos", s’amuse le petit gars de Chérac désormais dépourvu de sa légendaire moustache.

Black broie du noir

Avant le Bol, d’Or, au classement général du championnat du monde de Superstock, quinze petits points séparaient Gregg Black le pilote de Hiesse, prestigieux équipier du Team Suzuki junior LMS, champion du monde en titre et Julien Pilot, le véloce motard de La Couronne, dans le Top 10 au scratch et respectivement 1er et 2e en Superstock.

En toute logique, le Confolentais devait retrouver son titre. Mais, en endurance, la logique est souvent frappée du sceau de l’aléatoire."Parti en 8e position et après un premier tour en tête j’ai effectué un super début de course. Nous étions en première place stock. Pendant mon deuxième relais (18h45), la moto s’est mise à chauffer et m’a contraint à rentrer au stand. Après quelques minutes, me voilà de nouveau en piste mais après quelques tours, ma roue arrière se bloque, je chute... Gros Highside à l’entrée d’un virage. Heureusement les airs fence m’arrêtent, aucune blessure à déplorer, mais la course s’arrête là. Baptiste Guitet a essayé de repartir mais le moteur n’a pas suivi. Abandon du bol d’or à 0h07...", relate Gregg Black avec beaucoup d’amertume dans la voix.

Avec ses 15 points d’avance le team Charentais, son principal rival, Gregg Black fait vite ses comptes : "Si mes copains du Team Taqueur Louit moto 33 ne terminent pas dans les 13 premiers au scratch, j’ai encore une chance de conserver mon titre".

Dimanche après-midi, Julien Pilot et ses coéquipiers ont fini à la 5e place au scratch. "Nous sommes vice-champions du Monde, ce n’est déjà pas si mal. Et puis ce sont des amis Charentais qui remportent le titre, ça ne peut que me faire plaisir", se console le Confolentais.